Une journée au Pôle Judiciaire de la Gendarmerie Nationale

Printer-friendly version

Visite chez les « Experts » du Pôle Judiciaire de la Gendarmerie Nationale

 

Le 20 avril 2017, les élèves du Département de Chimie de l’ENS étaient en visite au Pôle Judiciaire de la Gendarmerie Nationale (PJGN).

 

Installé depuis 2 ans à PONTOISE (95), le PJGN centralise les demandes des enquêteurs de toute la France pour l’exploitation des renseignements criminels et l’analyse en laboratoire des échantillons recueillis dans les scènes de crime. Cette dernière composante est traitée par l’Institut de Recherche Criminelle (IRCGN),  pôle d’expertise qui rassemble des techniques et compétences pluridisciplinaires (biologie, électronique, chimie, physique...) pour plus d’efficacité comprenant en son sein des départements variés : balistique, environnement incendies explosifs, médecine légale, toxicologie …

Les départements d’analyse physique et chimique sont dotés d’équipements de pointe pour des applications très variées : chromatographie en phase gazeuse et liquide haute pression couplées à de la spectrométrie de masse, microscopie électronique à balayage, microscopie de fluorescence et fluorescence X…

 

Le PJGN est composé d’environ 500 personnes de formations variées et complémentaires, de la Licence au Doctorat et de statuts civil et militaire, permanents et contractuels.

 

Le chef d’escadron, Guillaume COGNON, chef du Département Environnement, Incendies, Explosifs et expert près la cour d’appel de Versailles, nous reçoit pour une visite grandiose !

 

L’IRCGN accueille des étudiants pour des stages de recherche de niveau L3 à Master 2. (Contact : Guillaume COGNON : guillaume.cognon@gendarmerie.interieur.gouv.fr)

 

Par ailleurs, pour plus d’informations sur ces domaines passionnants, n’hésitez pas à consulter le site de l’IRCGN : http://www.gendarmerie.interieur.gouv.fr/ircgn

 

 

Merci au PJGN pour nous avoir ouvert ses locaux : une découverte passionnante !

 

 

 

Dispositif d’espace de tête dynamique couplé à de la chromatographie en phase gazeuse  bidimensionnelle pour l’analyse de mélanges complexes :

 

Analyse de particules dans des fibres textiles par microscopie électronique à balayage :

 

Utilisation de la microscopie pour observer et comparer les traces laissées par les outils dans les serrures lors d’effraction :

 

 

Reconstitution et analyse de scènes de crimes pour la formation des gendarmes sur le terrain (Techniciens en Identification Criminelle) :

 

Un petit tour en médecine légale (reconstruction 3D des fragments de squelette pour l’analyse de la trajectoire d’un projectile) …

 

… et en balistique (comparaison des impacts des balles dans différents matériaux, ici un capot de voiture...)